INFOS MOUVEMENT

Chers collègues,
 
Comme toi nous sommes nombreux au SNEP PF à nous être retrouvés par le passé dans cette situation assez désagréable : Vu de métropole, les mutations polynésiennes peuvent paraître complexes, le barème ambigu. Et les rumeurs infondées, tous azimuts, n’arrangent pas les choses ! Voici ce que nous pouvons te dire dans les grandes lignes, pour mieux comprendre comment cela se passe : ces informations-là, c’est du solide !
Car le SNEP FSU est la seule organisation syndicale à siéger pour les mutations en EPS polynésiennes, grâce au plébiscite de la profession lors des élections professionnelles. Nous fuyons le clientélisme, luttons pour faire évoluer les règles, et sommes intraitables pour le respect de celles-ci :
– D’abord, il s’agit d’un mouvement unique au monde. Seule la Polynésie fonctionne ainsi, et il ne s’agit pas d’une mutation inter académique mais d’une MAD (mise à disposition) : un système bien différent.
– Par ailleurs, il est vrai que par le passé il y a eu des irrégularités, des abus, etc. Depuis 2 ans ce n’est plus le cas : le système ne nous convient pas encore complètement, mais il s’est nettement assaini. Les candidats sont traités équitablement.
– Ensuite, la grosse particularité de la MAD polynésienne, c’est qu’en un seul temps se font les mutations « inter » et « intra » (termes impropres, mais c’est à peu près cela). Il y a plusieurs raisons techniques et humaines à cela : notamment les refus de MAD par des collègues, lorsqu’ils découvrent qu’ils obtiennent un poste sur un endroit très éloigné où, par exemple, la vie de famille sera compliquée. Ailleurs, la mutation ne peut être refusée sauf cas exceptionnel : ici, c’est assez courant. Un mouvement en deux temps ne passerait pas, ne serait-ce que du point de vue du calendrier…
NB : en cas de refus de poste, il n’y a pas de « liste d’attente ». Les candidatures sont étudiées selon le barème, comme lors des premières commissions paritaires.
– Enfin, le barème reste assez peu discriminant pour les MAD :
— Il est construit afin de permettre les mutations des personnels déjà en Polynésie, ce qui est positif : cela ne bloque pas de poste pour les MAD, et permet aux CIMM de bouger. C’est pour cela que l’ancienneté de poste, ou les années de séparation comptent pour eux, et non pour les demandeurs de MAD.
— Pour les MAD, il existe encore trop peu d’éléments pour les départager selon nous : seuls comptent l’échelon, la mutation simultanée, l’agrégation (sur les lycées), et les bonifications sur REP+ et îles éloignées (une nouveauté). Le risque d’égalité est trop grand…
— Le résultat, c’est que pour le moment la plupart des MAD le sont sur un voeu précis et non sur un voeu large (non bonifié), ce qui exclut les mutations en interne (équivalent à l’intra départemental, par exemple).
 
Mais il y a aussi des impératifs propres à la Polynésie : les mutations simultanées (SIM) EPS/autre matière :
=> certaines disciplines sont excédentaires, comme l’anglais par exemple. En cas de mutation simultanée EPS/Anglais, les deux conjoints ne rentrent pas puisqu’aucun professeur d’anglais n’entre en Polynésie. Donc même avec un gros barème, le PEPS en SIM ne passera pas si son conjoint ne passe pas.
=> certaines disciplines sont déficitaires, comme la musique : L’impératif pour rendre un service public optimal, c’est que tous les enfants aient face à eux un enseignant, dans chaque matière. Donc si la Pays Polynésie a besoin d’un professeur de telle matière sur telle île, son conjoint EPS entrera avec lui même si son barème n’est pas suffisant par rapport aux autres PEPS. 
 
En résumé : on ne peut parler de « barre d’entrée » pour les MAD. Une barre signifie que personne avec un barème inférieur ne rentre, et qu’aucun barème supérieur n’est laissé de côté. Or ici, ce n’est pas le cas : un très gros barème peut être écarté « à cause » de son conjoint en SIM, et un tout petit peut être pris grâce à sa SIM d’une matière déficitaire.
 
Chers collègues, voilà pourquoi malgré tous nos efforts de transparence, nous sommes bien incapables de publier une barre d’entrée ou une liste d’attente… qui n’existent pas ! Ce qui est certain, c’est que tout fonctionne aujourd’hui au barème : mieux vaut être au 9ème échelon, en SIM avec une matière déficitaire, et demander des vœux REP ou îles éloignées… Mais ce n’est pas encore la garantie de rentrer à coup sûr en Polynésie : tout dépend des vœux des autres collègues.
Nous espérons avoir répondu à un maximum de tes interrogations : ce mouvement peut paraître obscur, mais les données que nous t’apportons ici te permettront d’y voir plus clair.
 
Bien cordialement,
L’équipe du SNEP Polynésie Française

5 pensées sur “INFOS MOUVEMENT

  • 16 février 2018 à 14 h 49 min
    Permalink

    Bonjour
    Candidat à une MAD pour la rentrée 2018,je n’ai pas encore de résultat,mais je tiens à vous féliciter pour cet exposé très clair sur les modalités du mouvement sur la PF.Si d’aventure je ne suis pas retenu cette année (ce que je crains à l’heur qu’il est!) cette analyse va certainement m’aider à reformuler mes vœux de façon plus pertinente l’année prochaine.
    Merci à vous c’est bien la première fois que l’on puisse trouver un éclairage aussi pertinent sur le sujet.
    Cordialement
    J Chevalier

    Répondre
    • 26 février 2018 à 17 h 33 min
      Permalink

      Nous te remercions pour ce commentaire. Notre but est bien d’apporter plus d’égalité dans ce mouvement et de faire en sorte qu’il devienne plus clair pour tout le monde. Nous avons envoyé des réponses à ceux dont nous avions les dossiers ou les emails. Si tu n’as toujours pas de réponse, n’hésites pas à nous envoyer un mail.

      Répondre
  • 7 septembre 2018 à 16 h 38 min
    Permalink

    Un grand merci Vatea pour ta réactivité et ton honnêté face aux questions que j’ai pu te poser. Les réponses précises sont difficiles à obtenir.
    Je tente dès cette année 2018/2019 une MAD pour essayer de pauser ma pierre à l’édifice EPS dans ce lieu à la culture magnifique qu’est la Polynésie.
    A bientot.

    Joffrey Petureau – EPS

    Répondre
  • 21 novembre 2019 à 11 h 35 min
    Permalink

    Bonjour vatea,

    Jai bien lu tes commentaires sur ka mutation simultanée mais cela reste flou pour moi…
    Prof d’eps et ma compagne prof de svt nous souhaiterions demander une MAD simultanée pour Tahiti
    Comment faire nos vœux sachant que nous ne sommes ni pacsés ni mariés ?
    Et nous ne voudrions pas que lun reste à quai !
    En te remerciant par avance pour ton retour
    Bonne fin de journée

    Répondre
    • 22 novembre 2019 à 18 h 13 min
      Permalink

      Bonjour, voici les conditions pour prétendre à une mutation simultanée. Etre soit être pacsé, soit marié, soit avoir au moins un enfant en commun.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *